Scorpion EVO 3 : overview.

Parfois, la vie de blogueur est taquine. Vous passez dans un magasin sympa (Airsoft Gun, pour ne pas le nommer), voyez une la Scorpion EVO 3 qui vous a toujours tapé dans l’œil, pensez à voix haute « j’aimerai franchement tester ce truc » et… vous repartez avec la boite sous le bras ! Dans ma précédente, review, je vous disais que la vie est dure. Ça ne s’arrange pas, ma bonne dame.

Le Scorpion EVO 3… Quésaco ?

Selon la Wikipédia (en anglais), le Scorpion EVO 3 est un pistolet mitrailleur tirant des balles d’un calibre de 9x19mm. Il est produit par la Ceská zbrojovka Uherský Brod (je ne veux même pas essayer de prononcer ce nom). La réplique est un AEG produit par ASG au Danemark. Pour une fois, ce n’est pas du repack… Depuis le début, le projet a été présenté comme un produit haut de gamme. Comparons le marketing à la réalité !

La boite…

Packaging externe

L'intérieur de la boite

Le packaging : parlons-en peux, parlons en bien. Pour les amateurs de carton imprimé, le design est (à mon sens) sobre et flatteur. Mais là n’est pas l’importance (il finira tout de même au fond du grenier). Je suis bien content d’avoir reçu ce joujou dans un magasin. La protection du contenu est… nulle ! La réplique et son chargeur sont simplement déposés dans des découpes du carton, sans mousses, sans polystyrène, rien ! Au vu de la délicatesse des transporteurs, c’est dangereux !

Le package est composé de :

  • la réplique ;
  • un chargeur midcap de 75 billes ;
  • des organes de visée.

Le minimum syndical, donc. Pour le prix, je n’aurais pas été contre une tige de nettoyage / débourrage. Par contre, je me passe avantageusement d’un combo batterie / chargeur / sac de billes: ils ne valent généralement rien…

Premières impressions

LE Scorpion EVO 3 !

On sort la réplique de son écrin et… waw ! Le blabla promotionnel prend son sens ! « Réalisé sous la supervision de CZ, matériaux composites réalistes, réalisé depuis les moules d’origine… » Je ne sais pas si c’est vrai, mais ça y ressemble furieusement ! On a une impression de solidité, de qualité, que j’ai rarement ressentie. Sauf, peut-être, avec une Systema : la barre est placée très haut ! La crosse repliable ne donne pas l’impression qu’elle va casser à la première sollicitation. Une fois cette dernière étendue, le jeu est très contenu. Miam.

Le chargeur, par contre, fait un peu cheap. Comme KhanSeb, j’aurais vraiment préféré avoir un chargeur translucide dans lequel on verrait de fausses balles. C’est qu’on deviendrait exigeant !

Petite touche sympa : le changement rapide de ressort sans devoir extraire la geabox de la réplique. On ne change pas la puissance tous les jours, mais cette fonction est toujours bien pratique !

Les contrôles

Première bonne nouvelle pour la fausse-patte que je suis, tout est ambidextre sur la réplique, à part le bolt release. Le levier de désenclenchement du chargeur se trouve de part et d’autre à l’avant du pontet. Je le trouve très accessible, même avec des gants.

Le levier d’armement peut facilement être changé de côte. Il ne sert bien sûr pas à charger l’AEG,mais à reculer la fausse culasse (qui se bloque en position arrière) pour régler le hop-up. Ce réglage peut (difficilement) se faire à la main ou (très précisément) avec une clef allen.

Le bolt catch est utilisé pour libérer la fausse culasse ou pour « réarmer » la réplique après un changement de chargeur:elle ne tirera pas avant cela. Hé ! oui, m’sieudame ! Comme sur les « vraies » !

Gun porn

La gearbox.

En plus du kit de base, je suis rentré à la maison avec des options. Pour le bling bling, la queue de détente cnc et, pour la fiabilité, le guide ressort sur roulement. Sachant que, de toute manière, j’allais démonter pour exposer les parties les plus intimes de la bête, le changement de la queue de détente sera une simple formalité. J’aurai donc la possibilité de tester plusieurs configurations.

Le démontage est relativement simple. Il prend un peu de temps, mais ne pose aucune difficulté. Encore une fois, tout respire la qualité : tout est parfaitement ajusté, il n’y a strictement aucun jeu dans le bouzin. La gearbox est bien finie, très légère : j’espère qu’elle sera solide. Les gears sont des 18:1 classiques. Le piston et la tête de piston sont des Lonex renforcés, je les trouve fort lourds. Le tappet plate est très épais, bien flexible, il semble pouvoir tenir longtemps ! Contrairement à l’extérieur, il y a moins de « wow factor », mais c’est propre.

Réplique moderne oblige, nous n’avons pas de contacteur mécanique au bout de la queue de détente. Il a été remplacé par un ensemble microswitch / mosfet des plus avantageux (selon le fabricant, on jugera pendant les tests). L’avantage de ce système serait une réactivité accrue, une meilleure efficacité électrique, le tir en burst, la protection contre la décharge excessive des batteries lipo et l’absence d’arcs électriques qui ruinent les contacts. Sur papier, que du bon ! Les circuits imprimés sont protégés par un petit boitier en plastique, l’idée semble bonne : l’ASCU ne sera pas recouvert de la graisse des gears.

Ces derniers étaient correctement graissés. Cela signifie qu’ils sont recouverts d’une fine pellicule de graisse de bonne qualité : tout le contraire d’une réplique chinoise dont l’interne baigne dans un magma de pâte verdâtre presque corrosive !

Par contre, le calage était tout simplement pathétique : les quelques shims présents avaient bien du mal à garder les engrenages en place. Je suis peut-être pointilleux, mais, pour une réplique de ce prix, on aurait pu s’attendre à plus de précision dans le montage. Je trouvais que cet AEG « sifflait » beaucoup lors des tests de tir fait en magasin… maintenant, je sais pourquoi !

J’ai placé la nouvelle queue de détente en alu CNC (très belle, au demeurant). J’ai aussi tenté d’améliorer le calage des gears mais ai compris un petit défaut de conception… le tappet plate est tellement épais qu’il rend difficile (sans modification…) la pose de cales au-dessus du sector gear… on fera avec, mais ce n’est pas parfait !

Le remontage est des plus simple : tout tien bien en place dans la gearbox ! Il faut parfois 27 mains pour tenir toutes les pièces en places en refermant la boite. Dans ce cas, ou pourrait presque le faire avec les pieds. J’ai ajouté une mini poignée verticale imprimée en 3d, un micro T1 et hop !, direction le terrain de l’infantry 44 !

Prêt à jouer.

Suite au prochain épisode

Brocante airsoft : et de deux !

illu8 h du matin. Le ciel est bas, il pleut. Oh, pas grand-chose, « juste » cette horrible petite pluie fine et froide qui vous glace jusqu’à l’os. « Ils ont du courage », me dis-je en sortant de ma douche. Qui ? Les vendeurs de la brocante organisée par la Section 3, pardi ! L’événement commence à 8 h : ils doivent être surgelés !
Cette deuxième édition s’est déroulée le samedi 30 avril sur le terrain de foot de Bossière (Gembloux). Un samedi « comme ça, tout le monde peut jouer le dimanche », nous glisse Maverick, coleader de cette jeune équipe dont le terrain est situé à Arbre.
L’airsofteur est un animal social ! Malgré Facebook et ses innombrables groupes de vente, malgré les forums spécialisés, nous avons envie de flâner entre des tables ployant sous les répliques, holsters, casques, optiques, cammos. Causer du bout de gras avec des joueurs que l’on connaît… ou pas. Se laisser tenter, pester parce qu’on n’a pas prévu assez de liquide. Aller boire un verre à la buvette du terrain pour admirer ses acquisitions… mais pourquoi personne n’y a pensé plus tôt:) !
La météo belge étant ce qu’elle est, il était impensable pour les organisateurs de laisser les vendeurs sous la pluie toute la journée. Ils ont donc eu la prévoyance de monter des tentes de l’armée pour protéger exposants et visiteurs. Bien vu !
Interrogé sur la pérennité de l’événement, Maverick m’a confirmé que leur intention était d’organiser deux brocantes par an. La première a déjà été un succès, la deuxième a doublé le nombre de vendeurs… nous leur souhaitons beaucoup de succès ! À bientôt donc, lors de la prochaine brocante !

Je suis un con

Interview, reviews de terrains, coup de gueule, preview de matos, compte-rendu de partie, analyse de texte de loi, études techniques… jusqu’à présent, j’ai pratiqué une large palette du genre journalistique pour ce blog. Il en manquait un : le billet d’humeur. Une – stupide – phrase postée en commentaire de mon précédent article m’oblige à me lancer dans ce périlleux exercice.

Continuer la lecture

Chargeurs CO2 Stark Arms et fiabilité…

Cet article sera plein de ressentiments et d’injures. Il sera aussi subjectif et probablement injuste. Si cela vous dérange, fuyez !

Chose promise, chose due. Lors de notre papier sur Rock Avalanche du Cœur, je vous avais promis un article « coup de gueule » sur VFC. Hé oui ! Vos putains d’économie de bout de chandelle m’ont coûté une partie de CQB nocturne. Bordel ! Comment peut-on oser vendre des GBB à 205 €, des chargeurs CO2 à 35 €, avec des détails de merde qui vont vous pourrir la vie ? Parce que, voyez-vous, votre daube : on l’utilise !
Continuer la lecture